Le Parlement des écrivaines francophones à Orléans

Written by Rédaction Terres de Loire. Posted in SOCIETE

Afin de remettre en exergue la voix des femmes écrivaines et d'offrir un espace de prise de parole destiné à donner le point de vue des femmes sur les débats où les crises de nos sociétés, la Ville d'Orléans va installer, fin septembre 2018 à Orléans, la première session du Parlement des écrivaines francophones.

Née d’une proposition faite en 2016 par Fawzia Zouari, journaliste et écrivaine tunisienne, cette première session a déjà séduit une cinquantaine d'écrivaines des 5 continents.

En 1993, en pleine tragédie algérienne, naissait le « Parlement international des écrivains ». Il ambitionnait de venir en aide aux auteurs menacés de mort et d'exil et lançait une opération de visibilité et de solidarité à l'égard des écrivains avant que cette instance indépendante ne décide, en 2003, de s'auto-dissoudre.

C'est de cette initiative que s'inspire le « Parlement des écrivaines francophones », annoncé en 2017 lors des Voix d'Orléans - rencontres de la francophonie, par Olivier Carré, Maire d'Orléans, Président d'Orléans Métropole. Il répondait ainsi à l'appel lancé en 2016, par Fawzia Zouari, journaliste et écrivaine tunisienne. Après cette première session orléanaise, cet espace de rencontre a vocation, au fil des années, à voyager à travers le monde pour permettre à toutes les écrivaines francophones de se l'approprier.

Soutenu par Leïla Slimani, écrivaine franco-marocaine et chargée de mission francophonie auprès du Président de la République Française, et sous l’égide de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie), il répond à plusieurs objectifs : rendre distincte la voix des femmes écrivaines ; affirmer qu'il existe un « écrire-ensemble » capable de renforcer les liens des écrivaines où qu'elles se trouvent ; travailler à faire reconnaître la place de l'écrivaine dans son pays et réaffirmer son rôle dans le dialogue civilisationnel ; constituer un trait d'union entre le Nord et le Sud et faire circuler les idées et les auteures ; s'exprimer sur ce qui porte atteinte à l'intégrité morale ou physique des écrivains contre les menaces ; défendre la liberté et le droit des hommes et des femmes partout où ils se trouvent attaqués ; offrir un espace de prise parole destiné à donner le point de vue des femmes sur les débats ou les crises de nos sociétés.


 

Pourquoi un « Parlement » des femmes écrivaines autour de la francophonie ?

Parce que les temps sont aux conflits, aux replis identitaires et aux menaces en tous genres et qu’il est aujourd’hui, plus que jamais, nécessaire de rendre audible la voix des écrivains. Les écrivains nous ouvrent la porte de la liberté, de l'imaginaire, de l'utopie et donc de la possibilité d'un autre monde. Les femmes écrivaines sont particulièrement concernées parce qu’elles restent la voix minoritaire et le sexe victime des violences de toutes sortes.

Remettre en exergue la voix des femmes écrivaines, c'est donner à lire et à écouter une parole qui s'oppose par essence à la guerre et au rejet de l'autre, qui ne cesse de produire à travers les livres la même idée de paix et de promouvoir le même impératif : celui de la vie. Ce sont des écrivaines francophones qui sont invitées à dialoguer et se rencontrer par ce qu’elles ont en partage le français, qui offre la possibilité rare d'une communauté de langue présente sur les cinq continents.

Des centaines d'auteures en ont fait leur véhicule d'écriture, de valeurs, de rêves, de combats. Elles se réuniront, en septembre 2018, à Orléans, réputée par son histoire d'ancienne capitale de la rhétorique, de l'enluminure et du droit romain, terre d'une figure féminine des plus célèbres, Jeanne d'Arc, et cité qui encouragea l’émergence du savoir à travers l'université.

Ville profondément attachée aux valeurs humanistes et à la francophonie, Orléans accueille depuis 2016 les Voix d’Orléans - rencontres de la francophonie, qui ont pour ambition de donner à entendre les idées portées par les intellectuels francophones et de nous interroger sur des sujets d’actualité à l’aune des valeurs universelles des Lumières.