En bonne compagnie d’Effigie(s)

Écrit par Olivier Rigaud. Publié dans CULTURE

Il n’est pas toujours si évident de distinguer ce qui relève de notre pur libre-arbitre de ce qui semble découler d’une inconsciente prédétermination, les instants où l’on se sent pleinement responsable et ceux où l’on a l'impression d'être guidé comme par une main invisible. Les marionnettes de Renaud Robert, directeur artistique d’Effigie(s) théâtre à Meung-sur-Loire, restent quant à elles maîtresses de leur destin, de leur naissance dans l’esprit de leur créateur jusqu’à leur épanouissement sur les scènes et les plateaux. Inventées, fabriquées, animées, manipulées, déposées, oubliées, elles n’ont de cesse de diffuser leurs émotions, le regard décalé qu’elles posent sur nous et sur notre monde.

Le spectacle « L’un dans l’autre », qui sera proposé à La Fabrique à Meung-sur-Loire, ce samedi 17 février par le tandem franco-argentin de La Muette, raconte ainsi l’aventure d’un couple, dans son intérieur fleuri, sans faux plis, transporté dans un espace onirique où les corps se confondent, où les secrets et les ambigüités surgissent. Cette œuvre illustre parfaitement la mission d’Effigie(s), de programmer des rendez-vous artistiques contemporains de haute qualité qui modifient profondément la perception populaire de la marionnette. « Cela n’a plus rien à voir avec l’image traditionnelle que le public s’en fait généralement », promet Renaud Robert.

Le ministère de la Culture vient d’ailleurs d’ajouter la marionnette à la liste officielle des arts de la scène, aux côtés du théâtre, de la danse, des arts de la rue ou du cirque : une reconnaissance importante aux yeux de ceux qui se battent depuis des années pour défendre et diffuser ce mode d’expression à la fois ambitieux et accessible. Cela fait plus de trente ans maintenant que Renaud Robert y consacre sa vie. Depuis le lancement de la compagnie du Faux Col en 1986, les masques, les objets ou les ombres ont partagé des tas d’histoires sur les bords de Loire ou à la Fabrique de Meung-sur-Loire.

C’est d’ailleurs pour s’impliquer encore davantage dans cet univers poétique que le directeur artistique souhaitait, en 2015, préparer une nouvelle répartition de la charge de travail qui lui incombait. La municipalité magdunoise a donc repris la programmation culturelle de la salle de la Fabrique et l’association des Utopistes de Laurent Dupont s’occupe désormais des ateliers et formations et de ses activités propres, comme la carte blanche au Krizo théâtre qui sera jouée début mars.

Pour « aller au bout de la transformation », le Faux Col (accessoire minimum pour se costumer !) est ainsi devenu Effigie(s)s théâtre en septembre 2017. « Ça correspond davantage à ce qu’on propose aujourd’hui, explique Renaud Robert : On fait du théâtre d’effigie, ce média entre le comédien et le public. » Le festival annuel qu'il organise à Meung-sur-Loire prend chaque année plus d’importance dans le grand monde des « Petites formes mouvantes et émouvantes » et prouve à chaque représentation la vitalité exceptionnelle de la marionnette. La preuve avec les superbes spectacles de L’Ange au plafond vus en novembre 2017.

En plus de ce rendez-vous majeur pour la commune et pour cet art, Renaud Robert proposera des « rebonds » à la Fabrique (« L’un dans l’autre » par exemple), ainsi que des master class ou stages. Et il prépare une création (Curiositas) pour 2019, qui mêlera spectacle et art plastique, le temps de l’écriture et de la recherche : « Comment passer de l’atelier au plateau, de la scène à l’atelier ? Un bout de bois, un papier découpé, un tissu froissé, on l’essaye, on met ce média en jeu pour voir ce que cela donne, si cela fonctionne, s’il se voit bien, si les gestes sont fluides... »

Ces incessantes interrogations rythment la vie des marionnettistes : comédiens, plasticiens, auteurs, musiciens, ils deviennent créateurs de leur propre monde en insufflant la vie à de simples objets du quotidien. Et, au bout du chemin, à travers l’esthétique, le visuel, la mise en scène, en nous faisant croire à leurs histoires, ils tirent certaines ficelles dans notre esprit qui nous soulagent de nos tracas et nous offrent, même pour un instant seulement, l’impression de mieux saisir notre existence, de pouvoir maîtriser notre destin.

« L’un dans l’autre », par la Muette, duo qui réunit la marionnettiste comédienne Delphine Bardot et le musicien Santiago Moreno. Ils s'intéressent à la question du mouvement, de la transmission et de ses répercussions. La marionnette, la musique et le théâtre visuel leur permettent d'explorer les métamorphoses, les mues, physiques et figurées et d'inventer leur propre éloquence.

Le 17 février à 20h30, à La Fabrique, Meung-sur-Loire. Adultes et adolescents à partir de 12 ans. 12 € ; TR : 7 €. http://www.lamuette.org

  • Feuilletez tous nos numéros