Vivez l’époque médiévale à Chécy

Écrit par Olivier Rigaud. Publié dans CULTURE

La fête Johannique médiévale de Chécy aura lieu du 26 au 29 avril prochains. Les Ateliers de Jehanne proposeront une nouvelle fois de plonger dans cette époque reconstituée à travers des spectacles et déambulations, des campements de combattants, un marché artisanal, les ripailles à la taverne, les costumes loués sur place, et, particularité 2018, par les interventions de l’Instrumentarium de Chartres.

André Bonjour s’implique pleinement dans ce projet depuis le départ : dès 1990, cet enseignant et conseiller pédagogique en éducation musicale, passionné par l’histoire et l’histoire de l’art, souhaite développer une classe « patrimoine », autour du thème « Vivre à Chartres au Moyen-âge ». « On est parti à la découverte ! », se souvient-il, à la fois de l’architecture de la cathédrale, inscrite en 1979 par l'Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité, et des textes religieux et historiques, notamment diverses bibles pour vérifier et croiser les informations.

« Pour trouver quelque chose, il faut chercher, s’amuse-t-il : des chevaux, des fleurs, des bijoux, ou des instruments ! » Il réalise une première liste de 300 représentations d’instruments accompagnant les personnages sculptés dans les colonnes des portails, ou autour du chœur, peints sur les murs ou les vitraux. Dans ce « lieu de prière et d’offrandes, mais aussi lieu d’histoire et d’enseignement », il voyage à travers le temps, des statues du 12e siècle aux vitraux du 13e, de la chapelle du 14e au chœur des 16e et 18e siècle, dont les bas-reliefs richement illustrés.

Il apprend à lire la cathédrale comme un livre ouvert : « On a tous les instruments du Moyen-âge, sauf la guiterne (26 au total) : le monocorde, le tintinnabulum – dont la cloche grave annonçait le décès d’un moine -, la vièle en huit – que l’on tenait comme une viole de gambe – et les longiligne ou piriforme – en forme de poire -, le psaltérion – dont l’on frotte les cordes avec deux plumes !-, la flûte traversière, la symphonie, les harpes et la rote, les nacaires en cuivre ou en bois, la cornemuse et la vessie, le hautbois, la trompette, l’orgue portatif, le luth et les tambours…

Cette auto-initiation lui a permis de parfaire sa connaissance pour mieux la partager aujourd’hui : « On parle de savoir-faire avec les musiciens, le mien, c’est de faire savoir ! » L’association Instrumentarium est donc créée en 2007, dans le but de reconstituer les instruments répertoriés et de les faire jouer par un ensemble de quatre professionnels, « en priorité pour les élèves ». Les difficultés sont multiples : comment traduire les proportions réelles à partir de représentations dont les échelles sont parfois surprenantes ? Quelles indications réalistes quant à la manière de tenir un instrument ?

Les facteurs d’instruments ont dû faire preuve de bon sens en plus de leur compétence. Si le fondeur Bollée, installé à Saint-Jean-de-Braye, a ainsi pu réaliser les cloches du tintinnabulum, des pièces uniques, à partir d’un mélange d’étain et de bronze qui s’approche au mieux de sa représentation, il lui fut impossible de la faire sonner en do - ré - mi, mais uniquement en sol – si – ré ! Comment s’assurer des notes produites par des vièles que l’on fabrique désormais en assemblant plusieurs parties, alors, qu’elles étaient autrefois directement creusées dans un morceau de bois ?

Quelles essences de bois choisir justement, quand l’on sait que le chêne ou le noyer utilisé au Moyen-âge étaient très anciens ? Le tilleul remplace donc le vieil aulne et des chevilles en os prennent la place de l’ivoire. Les vessies de porc et de vache ont été créées par un professeur d’histoire d’Angers avec l’aide de son... boucher ! Des cordes en boyaux de moutons torsadés complètent les vièles, et de la peau d’âne les nacaires et les  tambours.

Reste aux trouvères (selon la langue d’oïl, par opposition à la langue d’oc qui préfère le terme troubadour) à mettre ces instruments en musique, pour nous entraîner dans l’univers médiéval, comme le font tous ces personnages figés pour l’éternité dans la cathédrale : l’âne qui vielle à l’extérieur (il joue de la rote, une harpe à double jeu de cordes), le compagnon du berger Joachim, grand-père de Jésus, qui joue de la cornemuse parmi les brebis, une image plus proche de la mythologie grecque que biblique, tout comme ces faunes et autres personnages à fleurs, manipulant leurs flûtes.

« C’est un court d’histoire en 3D », s’exclame André Bonjour, auquel vous êtes donc conviés à l’occasion de la fête médiévale de Chécy, fin avril.


La Fête Johannique médiévale de Chécy

Fête du 26 au 29 avril, entrée et animations gratuites.

Exposition d’instruments de musique médiévale et concerts, par l’Instrumentarium de Chartres, au musée de la Tonnellerie.

Temps forts

Jeudi 26 avril : conférence d’André Bonjour (Instrumentarium) sur les instruments de musique médiévale à 20h15, salle Rosa-Parks.

Vendredi 27 avril : présentation de Jeanne, remise de l’épée et de l’étendard, concert de musique médiévale (Instrumentarium), à partir de 20 heures à l’église.

Samedi 28 avril : ouverture de la cité à 16 heures. Spectacles à partir de 21 heures.

Spectacles Cabaret concert du Clair de lune, avec la compagnie Kervan (photo ci-contre), et marionnette du Lunantroll.

Déambulations de la tribu à la lisière du nord, avec la compagne Desmodium (photo ci-dessous).

Musiques, avec les Trompettes de Hérault.

Campements, avec le Castel noir, Médiévale enfant et ferme des Tromignons.

Promenades en calèches, avec le Claam de Châteauneuf-sur-Loire, et à cheval, avec le K-rouge de Vitry-aux-Loges.

Dimanche 29 avril : entrée de Jeanne d’Arc à cheval à 10 heures. Animations toute la journée. Défilé costumé à 17h30.

Location de costumes sur place (7 à 15€ ; gratuit moins de dix ans).

Cuisson du pain au feu de bois dans le four communal, ripailles à la Taverne du cochon (menu à 9€ ; banquet du dimanche midi à 15€ sur inscription au 02 38 63 62 18).

www.lesateliersdejehanne.fr


L’association Instrumentarium de Chartres

L'association Instrumentarium de Chartres organise des concerts, des colloques, des visites cathédrale-musée et des stages, et participe à la formation des enseignants et des musiciens professionnels. Elle s'inscrit dans les recherches actuelles en archéologie musicale, histoire de la lutherie et approche des sonorités musicales médiévales. Elle a créé un ensemble de quatre musiciens : « Les musiciens de l'Instrumentarium de Chartres », un chœur médiéval et un atelier de pratique musicale sous la direction artistique de Xavier Terrasa.

La prestigieuse cathédrale de Chartres possède un ensemble unique de 317 représentations d'instruments de musique datés du 12e au début du 16e siècle, dans la statuaire, les verrières, la peinture et la clôture du chœur. L'Instrumentarium a restitué près de quarante instruments, créant l'Instrumentarium le plus complet et le plus joué en Europe. Il est d’ailleurs inscrit aux collections de la Ville de Chartres dont l’association est l'un des ambassadeurs.

Les 317 représentations répertoriées de 26 instruments différents apportent une nouvelle preuve de la richesse artistique créée par des maçons, des charpentiers, des tailleurs de pierre, des maîtres verriers, des peintres et des sculpteurs sous la conduite d'architectes et de religieux pour exprimer leur croyance. S'appuyant sur les travaux de recherche effectués par André Bonjour et André Petitdemange, l'idée est proposée fin 1996 par Julien Skowron de reconstituer « au plus près visuellement et jouables durablement » les instruments répertoriés.

13 bis, avenue d'Aligre - 28000 Chartres / www.instrumentariumdechartres.fr


L’ensemble Instrumentarium de Chartres

Il est composé de Françoise Johannel, harpes, psaltérion, rote ; Nicolas Sansarlat, vièles à archet, violon, organetto, cornemuse, chant ; Maxime Fiorani, percussions, cloches, chant ; Xavier Terrasa, flûtes, chalemie, symphonie, chant, direction artistique.

Les musiciens de l’Instrumentarium proposent une véritable découverte des musiques du Moyen-âge et du début de la Renaissance. Leur concert est toujours accompagné d’une présentation concise et d’une projection sur grand écran permettant de découvrir les sources iconographiques et musicales ainsi que le processus de restitution des instruments.

CD disponible.

  • Feuilletez tous nos numéros