Tillandsia, solo de danse contemporaine

Écrit par Olivier Rigaud. Publié dans CULTURE

Les statuettes d’argile auxquelles elle insuffle la vie sont placées dans des cloches en verre. Dans l’un de ses spectacles elle danse sous une installation blanche qui plane au-dessus d’elle comme une menace*. Dans Tillandsia, création que la chorégraphe orléanaise Anne Perbal présentera à Beaugency le 1er décembre, les quatre personnages qu’elle interprète semblent parfois se battre avec des costumes qui les entravent. Elle dépasse aujourd’hui le thème de la métamorphose, omniprésent dans ses œuvres depuis Phasme, en 2013, ouvrant des pistes vers la multipolarité de nos personnalités, vers une quête de liberté que freinent de nombreuses contraintes.

 

 

Une quête qu’elle aborde de préférence par le biais de la notion d’enfermement. On l’a vue parfois dansant les cheveux masquant son visage. Cette fois, dans Tillandsia, l’une des innovations tient dans l’espace très réduit qu’elle occupe : à peine 1 m², pour demeurer dans le souffle du vent, telle une branche, une feuille, une fleur qui ploie parfois et se redresse toujours.

Est-ce toujours de la danse ? C’est en tout cas une performance artistique indéniable, un mouvement permanent où la force et la puissance du corps et des muscles servent la grâce et la finesse du geste et de l’émotion.

Pendant 45 minutes, elle propose quatre tableaux et autant de personnages, dont les costumes attendent leur heure dans un espace à part, sur la scène, plongés dans une lumière bleutée. Elle, sur les planches, s’agrippe comme la tillandsia, plante dont les racines s’apparentent à des crampons ou des crochets, qui s’adapte à différents milieux. Humain, végétal, tout finit par s’entremêler et nous emporter : laissez vos aprioris à l’entrée, et, mieux que ces mots, laissez ses gestes, son corps et ses mouvements vous transmettre ses émotions.

"Tillandsia" à Beaugency, théâtre Puits-Manu le 1er décembre, à 20h30. 10 € ; TR : 6€. Renseignements au 02 38 44 59 34.

 

Chorégraphie-Interprétation: Anne Perbal ; régisseur : Emmanuel Delaire ; durée : 45 min.

www.anneperbal.com

*A découvrir le 15 décembre à La Chapelle-Saint-Mesmin.

  • Feuilletez tous nos numéros