L’agriculture biologique a le vent en poupe

Écrit par Emmanuel Parfait.

Alors que le salon de l’Agriculture s’est conclu à Paris, l’Agence pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence BIO) vient de publier les données clefs de l’agriculture biologique 2017. Il en ressort que tous les signaux sont au vert : l’agriculture biologique n’est plus à la marge mais bel et bien un véritable secteur d’avenir sur lequel l’agriculture française doit compter.

 

Le bio se développe...

Au 31 décembre 2017, 36 664 agriculteurs sont des producteurs bio (4 900 producteurs de plus, soit une augmentation de 13,6% par rapport à 2016), ce qui correspond 8,3% d’exploitations françaises engagées dans la bio. Les surfaces consacrées à l’agriculture biologique sont estimées à 1,77 millions d’hectares en 2017, ce qui correspond à une croissance de 15% en un an, avec près de 520 000 ha en conversion. Ainsi, 6,5% de la SAU (Surface Agricole Utile) est ainsi consacrée au mode de production biologique.

En région Centre, 1066 producteurs sont recensés, soit une progression de 10,6% entre 2016 et 2017. La consommation de produits biologiques alimentaires des ménages correspondrait à 4% de la consommation alimentaire, soit un marché qui dépasserait 8 milliards d’euros en incluant la restauration hors foyer (7,15 milliards d’euros en 2016)

Le secteur bio demeure le facteur de croissance majeur du secteur alimentaire avec une croissance de +16% en un an. La croissance provient surtout des moyennes et grandes surfaces, +20,5% en 2017, alors que les magasins spécialisés affichent un dynamisme plus modéré.


 

Cette tendance de croissance devrait s’amplifier car, selon un sondage Agence BIO/CSA Research* réalisé en janvier 2018, 85% des Français estiment important de développer l’agriculture biologique, 82% font confiance aux produits bio et plus d’un quart des consommateurs ont l’intention d’augmenter leur consommation de produits bio.

En 2017, plus de 9 Français sur 10 (92%) déclarent avoir consommé des produits biologiques, près des ¾ (73%) consomment bio régulièrement (au moins une fois par mois), 16% en consomment même tous les jours. On constate depuis 2015 une hausse régulière significative de la fréquence de consommation des produits biologiques. Parmi les adeptes du bio, 69% déclarent choisir ce type de produits pour leur santé, 61% pour l’environnement et 60% pour la qualité et le goût.

Cette consommation de produits bio a un impact sur les habitudes d’achats. En effet, 57% des consommateurs bio ont fait évoluer leurs achats quand ils étaient déjà 49% en 2016, et ce sur les dimensions suivantes :

- Ils favorisent les produits de saison (66%) et frais (62%) ;

- Plus de la moitié (55%) achètent davantage de produits biologiques ou évitent le gaspillage ;

- 42% n’achètent pas les mêmes produits qu’avant ou cuisinent davantage ;

- Certains évoquent également la diversification des lieux d’achats (36%), une dépense croissante dans l’alimentation (31%) ou l’achat de produits en vrac (31%).

Même si les grandes et moyennes surfaces alimentaires restent le premier circuit d’achat de produits bio pour près de 8 consommateurs sur 10, les consommateurs bio achètent dans différents lieux d’achats : (32% sur les marchés), 30% fréquentent les magasins spécialisés bio, 26% en achètent chez des artisans (notamment pour la viande), la ferme est fréquentée par 19% de consommateurs bio, le drive est utilisé par 9% des consommateurs.

Le bio a donc le vent en poupe ! Lors de la clôture des Etats Généraux, le Premier Ministre a d’ailleurs annoncé un prochain programme en faveur du développement de l’agriculture biologique, fixant un objectif de 15% de surface agricole utile en 2022.

*Un dossier très complet est consultable sur le site de l’Agence BIO (agencebio.org).

  • Feuilletez tous nos numéros