Hope for the refugees

Écrit par Rédaction Terres de Loire. Publié dans SOCIETE

Un programme pour l’intégration de réfugiés sur le bassin d’emploi d’Orléans vient d’être lancé : ce dispositif intitulé « Hébergement Orientation Parcours vers l’Emploi », soit HOPE, matérialise l’espoir de onze réfugiés hébergés à Olivet, qui vont pouvoir notamment découvrir un nouveau métier dans divers magasins de l’enseigne Auchan dans l’Agglomération. Mais, au-delà du travail, essentiel, c’est un parcours républicain qu’ils empruntent.

Après le succès en 2017 du projet expérimental d’insertion de 200 migrants en provenance de Calais, mené en Île de France, les Ministères de l’Intérieur, du Travail et du Logement ainsi que les représentants du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, de Pôle emploi et de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) ont signé un accord cadre, le 3 mai dernier, pour mettre en place des offres de parcours de formation professionnelle pour mille réfugiés. Ces réfugiés sont formés par l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) grâce à la mobilisation de plusieurs partenaires.

Sur le département du Loiret, depuis le 22 janvier et jusqu’au 19 octobre 2018, onze personnes ayant le statut de réfugié sont ainsi formées à l’Afpa d’Olivet au métier d’employé commercial en magasin. Le programme de formation, tourné vers l’emploi et l’autonomie, comprend l’apprentissage du français et la découverte d’un métier (400 heures) ; l’apprentissage d’un métier fléché sur les besoins non pourvus des entreprises (450 heures en contrat de professionnalisation, avec un tuteur particulier) ; l’hébergement et la restauration pendant toute la durée du parcours à l’Afpa ; l’accompagnement global sur les plans administratif, social, professionnel, médical et citoyen. Une visite guidée de la ville est ainsi prévue prochainement et des parrainages du Lion’s sont envisagés.

Ce programme permet de sécuriser non seulement les parcours professionnels mais également les parcours de vie. Cette approche innovante garantit, en plus de l’insertion professionnelle, une intégration réussie. Par exemple, la nécessité de se rendre au travail - à des horaires parfois très matinaux puisqu’on embauche souvent dès 4 heures du matin dans la grande distribution -, de se déplacer le plus souvent à vélo, a entraîné une formation complémentaire en sécurité routière.

L’OFII pour sa part a réalisé, en collaboration avec les opérateurs de l’hébergement des demandeurs d’asile, le recensement des personnes susceptibles de bénéficier du projet en fonction notamment de leur niveau de français. Les 11 personnes retenues pour intégrer l’Afpa Olivet sont des hommes âgés de 20 à 30 ans. Six sont originaires d’Afghanistan, quatre du Soudan et un de Syrie. Six étaient précédemment hébergés dans le Loiret, dans les centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) de Pithiviers, Montargis, et Ingré.

Un d’entre eux vient du programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile de Saint-Jean-de-Braye. Les quatre autres sont issus des CADA ou CAO de Vierzon (18), Salbris (41), Blois (41) et Nogent-le-Rotrou (28). La plupart est arrivée sur le territoire français en 2016, quatre ont obtenu le statut de réfugié et sept le bénéfice de la protection subsidiaire.

Deux expérimentations ont donc déjà été menées en 2017 en Ile-de-France et en Hauts-de-France. Les résultats étaient très positifs : 71% des personnes ont obtenu une certification et 62% étaient en emploi dès la fin de la formation. Depuis octobre 2017, 496 personnes sont entrées en formation dans douze régions. Les autres entrées se feront au premier trimestre 2018. C’est donc une approche globale de l’intégration en France que ce programme promeut en mettant l’emploi et l’accompagnement au cœur de sa démarche.

Feuilletez tous nos numéros