Journées archéologiques de la région Centre-Val de Loire - À Germigny-des-Prés

Écrit par Rédaction Terres de Loire. Publié dans SOCIETE

 

À Germigny-des-Prés

Restaurée au XIXe siècle, l'église de Germigny-des-Prés est la seule au nord des Alpes à abriter des mosaïques alto-médiévales. L’édifice de culte, bâti au début du IXe siècle, faisait partie de la villa de Théodulphe, abbé de Fleury et évêque d’Orléans. Ce site est donc exceptionnel à plus d’un titre. D’une part, l’église est une des plus anciennes de France et elle reste un témoignage singulier de l’architecture religieuse alto-médiévale. D’autre part, ses mosaïques permettent d’aborder ce type de décoration et plus largement le verre, matériaux rares pour cette époque. Enfin, le site devrait receler les vestiges d’une villa carolingienne dont la réalité matérielle pose de nombreuses interrogations. Depuis trois ans, en collaboration avec une équipe internationale, des recherches utilisant des méthodes diverses ont été entreprises.

Les mosaïques ont fait l’objet d’un premier examen macroscopique et d’analyses pXRF in situ pour distinguer les parties originales de la restauration du XIXe siècle. 15 échantillons de verre ont été analysés en EMP-WDS et LA-ICP-MS afin d'identifier leurs matériaux, recettes et provenances. Malgré la restauration, des parties originales subsistent sur la voûte orientale. Si, des tesselles colorées antiques ont été réutilisées, les cubes couverts d’or et d’argent proviennent d'une production originale. Aucune correspondance n’existant dans le monde italien et byzantin, ils pourraient être issus d’une production spécifique, peut-être régionale.

Des prospections géoradars ont été effectuées sur le site afin de localiser de potentiels vestiges alto-médiévaux. Elles ont mis en évidence l’existence de structures en différents emplacements. À l’intérieur du bâtiment, elles ont identifié l’abside occidentale confirmant la restitution du plan original proposé en 1930. À l’extérieur, elles ont permis de détecter les zones sur lesquelles devraient se concentrer les recherches archéologiques. Enfin, un scan 3D a permis un relevé précis du bâtiment. Il sera utilisé pour la gestion de l'information et la visualisation des résultats des recherches.

Feuilletez tous nos numéros